mardi, 10 août 2010

Créature pleine de Grâce......

Créature pleine de grâce, le papillon est le symbole de l'amour. Tel un amant qui recueille un baiser sur les lèvres de l'être aimé, il boit le nectar au coeur de la fleur.

Il existe en Chine une pièce de théâtre très célèbre intitulée Les amants papillons, qui raconte l'histoire d'une jeune fille, Zhu Yingtai. Elle était intelligente et voulait étudier mais, dans la Chine ancienne, les filles ne pouvaient pas faire d'études.

Elle se déguisa donc en garçon. En classe, elle tomba amoureuse d'un jeune homme, Liang Shangbo, étudiant brillant mais pauvre. Malheureusement, elle était déjà promise en mariage à un autre jeune homme, riche et stupide. Un jour, elle avoua à Liang Shangbo qu'elle était une fille et qu'elle l'aimait. Liang l'aimait aussi, mais il tomba malade de ne pouvoir l'épouser et mourut.

Désespérée, Zhu Yingtai se suicida pour rejoindre son bien-aimé. Alors, tous deux se transformèrent en papillons et purent ainsi vivre librement leur amour.

DSC_0057.JPG

16:46 Écrit par gootchai dans Amour | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Une superbe photo et un bien joli conte.

Écrit par : Marcel | mardi, 10 août 2010

Répondre à ce commentaire

Très belle et triste histoire ! Bonne soirée et bises. FRANCOISE

Écrit par : FRANCOISE | mardi, 10 août 2010

Répondre à ce commentaire

Très belle et triste histoire ! Bonne soirée et bises. FRANCOISE

Écrit par : FRANCOISE | mardi, 10 août 2010

Répondre à ce commentaire

il est magnifique et bravo à la photographe
dommage que le papillon est si éphémère et ce fait de plus
en plus rare en tout cas chez nous

Écrit par : Anne Bilou | jeudi, 12 août 2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour Douce Martine,
Une bien belle histoire...qui laisse rêveur et surtout une magnique photo.
J'adore.
Je vais un peu mieux, mais je suis fort fatiguée encore....mais cela passera...et comme le dit la chanson...ça ira mieux demain!!!
Pleins de gros bisoussssss
Fanchon

Écrit par : Françoise | vendredi, 13 août 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.